Je validerai en 2021

Mis à jour : mars 17

Bonjour!!


Je souris parce que j'allais intitulé mon article Je ne validerai pas en 2020!

La formulation étant importante, j'ai rectifié immédiatement le tir en titrant mon article d'une phrase positive et assurée!!!


Donc oui 2020 semble vouloir me proposer d'autres projets que ceux que j'avais initialement débutés. "Ne jamais blâmer une contrariété", que cet adage est vrai!


Si vous me suivez, vous savez que j'ai entrepris une formation pour devenir praticien en hygiène de vie et naturopathie.

Ce cursus était censé se terminer avec le passage de mon mémoire en fin d'année 2020.

Mais tout ne se passe pas toujours comme on le prévoit et comme on le voudrait.


En effet, j'ai dû me résigné à faire le choix de repousser le passage de mon mémoire car j'ai accumulé énormément de retard, j'avais littéralement la tête sous l'eau.


Comment j'en suis arrivée à cela?


Il y a eu de gros chamboulements dans ma vie privée qui ont eu pour conséquence de revoir mon organisation.

Je suis maman, je suis infirmière puéricultrice mais aussi j'ai également une petite entreprise de location saisonnière que je gérais seule. Si j'étais vraiment débordée, je faisais appel à ma famille. Sans compter ma vie au quotidien, mon engagement dans ma formation de praticien, et également dans ma formation en e-commerce.

Les 24h de la journée me paraissaient insuffisants.


En fin d'année 2019, étranglée par toutes ces activités j'ai sérieusement commencé à réfléchir à l'élaboration de nouvelles stratégies pour me permettre de "mieux gérer".


J'ai commencé par demander un poste de nuit.

L'idée était de libérer mes journées....

Cela était dans le but de pouvoir m'occuper de mes enfants, les emmener et les récupérer à l'école, passer plus de temps avec elles.





Pour le coup, le résultat a été époustouflant, les filles étaient et sont toujours ravies d'avoir leur maman avec elles quasiment tout le temps. Au final, mon absence est peu visible pour elles, quand je pars elles vont se coucher et quand je rentre, elles viennent à peine de se réveiller.

….mais aussi pouvoir m'occuper de mes locations saisonnières.

La location saisonnière est une activité très chronophage. Entre la gestion du site internet, des plateformes de réservation où je suis inscrite, des clients (oui il faut répondre aux questions, leurs donner des informations, leur souhaiter la bienvenue etc), préparer le logement, les y accueillir (qu'ils arrivent à l'heure ou très en retard) gérer les incidents en cours de séjour, faire la sortie, il y a du boulot.




En travaillant en trois 8, je faisais des journées de dingue. Sortir par exemple du boulot à 15h, (je commençais à 6h30), filer en catastrophe jusqu'au logement (50 min de route) pour accueillir les clients et repartir tout aussi vite soit pour récupérer mes filles à l'école.

J'étais obligée de mettre des restrictions sur les heures d'arrivée, obligée de mettre un jour de carence minimum entre chaque réservation (impossible pour moi de faire une sortie à 12h et une entrée dans la foulée à 15h)

Je perdais donc assurément des clients mais je n'avais pas le choix.

Le fait de travailler de nuit à fait sauter une partie des verroux.


Le passage de nuit a eu un effet viscieux. Pourtant je savais que cela pouvait arriver, je m'étais pourtant dit que j'allais pouvoir gérer mais non.


Mes journées étaient devenues extrêmement longues, je travaillais la nuit ET je travaillais la journée. Mon corps n'étant pas habituée au travail de nuit, je ne dormais pas suffisamment.

Comme une horloge, mon cerveau se mettait en mode réveil dès 10h du matin ce qui me faisait des plages de sommeil de 1h30 à 2h.


L'épuisement se faisant sentir, je décida de déléguer partiellement le travail de location saisonnière à un service de conciergerie.


J'ai donc délégué

Cela a été une des meilleures initiatives que j'ai prises.

Ce fut très stressant de laisser mon "bébé" entre les mains d'une autre personne, cela faisait 2 ans que je gérais toute seule cette petite entreprise.

Après quelques petits réajustements, cela a finalement bien fonctionné.

Jusqu'à ce jour, je ne m'occupe plus de mes clients en face à face, seuls quelques séjours de très courtes durée restent à ma charge mais les petits séjours ne sont pas monnaie courantes donc ca va.



Les heures de route, le ménage, le linge de maison etc ne font quasiment plus partie de ma routine. Ces heures dégagées étaient censées me permettent de mieux me concentrer sur ma formation mais au final, j'ai plus tenté d'essayer de récupérer physiquement que de travailler sur mes cours.


J'ai poursuivi par la fatale décision de demander un report...

Rien n'y faisais, j'étais très épuisée. Je tentais de lire mes cours, au bout de 5min je piquais du nez. Impossible de me concentrer.

Et lorsque j'avais la pêche, j'engloutissais un nombre important de cours pour avancer.

A la fin, je prenais mes classeurs pour travailler au travail pendant les période d'accalmies du service de soins. Mais rien d'évident, les soins intensifs bougent beaucoup, il était parfois compliqué de pouvoir se concentrer sur mes cours plus de 15min.




En discutant avec Amanda, une de mes collègues de promo qui vit également en Guadeloupe, nous avons évoqué le report et elle me la présentée positivement.

Ce n'était pas un échec, mais une solution à un problème donné.

J'ai beaucoup réfléchi et après plusieurs semaines, j'ai contacté la directrice de mon établissement pour lui exposé ma situation.

Elle a, avec bienveillance, acceptée ma demande et le passage de mon mémoire fut repoussé jusqu'en 2021.


….Puis un 2e report

Alors comme l'univers fait son petit nettoyage dans ma vie, ne voilà t-il pas qu'est apparu le CoronaVirus qui s'est mis à sévir en Europe.

J'ai attendu, j'ai attendu mais le virus continuait (et continu) à se répandre.

Etant infirmière, je ne voulais clairement pas être contaminée, tomber malade, être mise en quarantaine, exposé mes proches et mes enfants à ce virus, et être inapte à travailler durant la période d'épidémie. J'assume cette crainte donc j'ai pris les mesures qui s'imposaient d'autant que j'en avait la possibilité aussi bien pour mes stages, que pour mon logement, que pour mes billets d'avion.

De nouveau, j'ai expliqué la situation qui a été comprise sans difficulté et mes stages restants ont également été repoussés.

Au final, la fin de mon cursus de praticien n'aura pas lieu cette année et par conséquent, je n'exercerai pas pleinement cette fonction en 2020.

Cependant, l'activité libérale commencera elle bel et bien cette année et le contact avec un public plus large et de tout âge débutera.


En effet, des opportunités notamment professionnelles sont venus à moi

Alors celles là , je ne les avais pas vu venir.

Mon statut de salariée est assez contraignant pour mes ambitions d'entrepreneure. Ca ne collait plus.

J'ai donc fait le choix de me tourner vers mes consœurs libérales et sortir du système salarial sans imaginer que dès mon 2e coup de fil, les choses allaient être décisives.



2020 n'est donc pas l'année ou je finirai mon cursus "naturopathique" et où je débuterai mes consultations et mes prises en charge.

Avant cela, je dois conclure certains processus que j'avais enclenché pour retrouver l'équilibre que ce soit sur le plan personnel que professionnel. Les choses se mettent en place dans ma vie, je sens que ce processus touchera à sa fin cette année 2020, et à ce moment là, je serai prête.

A chaque fois que j'ai voulu baisser les bras, me diriger vers la facilité, en tout cas tout ce qui me faisait dévier du chemin qui visiblement m'est tracé, me faisait m'éloigner de ma vision et des projections que j'ai fait pour moi, l'univers, par des stratagèmes parfois rocambolesques, parfois douloureux, m'a remis dans l'axe.

Mais à chaque fois que j'ai délégué, reporté, renoncé à la facilité, mon cœur et mon fort intérieur était apaisé.



J'aime cette sensation parce que cela me conforte dans le fait que j'ai pris la bonne décision, que le chemin que j'ai failli emprunter n'était pas le bon.

Je suis très sensible en ce moment et mon intuition est très exacerbée. Si avant je prenais du temps pour comprendre où les épreuves de ma vie voulaient me mener, aujourd'hui je comprends rapidement.


La différence par rapport à avant, c'est que ma vision est plus claire, les objectifs ont été rédigés et visualisés. Donc lorsque je renonce à un projet qui s'est présenté à moi, et qui semble formidable d'un premier abord je le fais de façon plus apaisée (même si cela me pique un peu quand même) parce que j'arrive à me projeter suffisamment pour analyser qu'il ne me mènera pas vers ma vision.



Il faudrait que je vous donne un exemple clair pour que vous compreniez ce qu'est la vision (j'ai visualisé ce que je veux, ce que je veux être dans 2 ans, 5 ans, 10 ans, 20 ans…) les objectifs et les énergies qui y mènent. Lorsque l'on travaille sa sensibilité, que l'on écoute son intuition et que l'on porte attention aux différents éléments et mouvements qui interviennent dans sa vie, on arrive à faire des choix plus éclairés et conscients qui vont nous permettre d'arriver à sa vision.


La cohérence

La pratique de ce métier, praticien en hygiène de vie et naturopathie, nécessite d'être en phase avec les conseils que l'on prodigue à ses clients. Il y a encore une petite incohérence pour moi entre la pratique, ce que je suis et ce que je vis actuellement, je ne suis pas encore alignée.

Selon moi, le praticien pour être crédible et de confiance doit être en axe avec ce qu'il pense, ce qu'il fait et ce qu'il dit. Si ce n'est pas le cas, la personne en face le ressentira d'autant qu'elle vient vers vous pour retrouver l'harmonie ou tout du moins la maintenir. Si le praticien n'est pas fiable cela ne marchera pas, c'est mon avis.

Le praticien lui même est un humain, il peut avoir des moments de bas, d'ailleurs à ces moments là, il doit rechercher rapidement l'aide pour pouvoir se réharmoniser pour de nouveau être apte à pratiquer.



En conclusion, je validerai mon certificat de Praticien en hygiène de vie et Naturopathie en 2021, prête et en harmonie!!!












About Me

Je suis maman, infirmière diplômée d'état  et tout récemment élève praticienne en hygiène de vie et naturopathie.

Je vis sur une île, la Guadeloupe, cadre de vie exceptionnel à mes yeux et propice à mon évolution. Mais je reste une enfant du Monde.

Je suis amoureuse du prendre soin des autres mais aussi de moi même, cela est essentiel.

Mon parcours de vie m'a toujours ramené à ça mais aujourd'hui je veux que tout cela prenne réellement un sens, que cela soit équilibré entre le professionnel de soin et la personne que je suis dans toute sa globalité et ses particularités.

 

 

Join My Mailing List

    © 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com